ailes De maman - coaching de vie

" parce qu'avant d'être une mère vous êtes d'abord une femme"

Alerte Coro - Spécial Papas

mars 2020

A partir de lundi, les enfants vont rester chez eux. Toute mère sait ce que cela veut dire. Les pères, pas forcément. Et ils peuvent être tentés de penser : « c’est bon, Elle va gérer… » Alors là je dis : « Stop ! » Non, les mamans ne vont rien gérer du tout ! Elles vont juste faire face… (en fait, elles ont peur de ne pas y arriver, mais ça elles ne vous le diront jamais). Alors je lance ce cri d’alarme : vous les hommes, soyez à la hauteur ! En cas de crise, les mamans serrent les dents, donnent tout, font du mieux qu’elles peuvent, donnent le change… mais ne soyez pas dupes ! Ce qui les attend est une Epreuve Sportive (physique et psychique) de Haute Compétition. Et, sachez-le, elles ne peuvent pas l’affronter seules. Elles vont avoir besoin de vous. Alors, soyez là. Présents. Attentifs. A l’écoute. Surtout, ne désertez pas ! Et vous, les mamans, parlez ! Inutile de jouer aux mères qui assurent « mais si ça va aller j’te jure… » Non, cela ne va pas aller. Alors, dites ce dont vous avez besoin, ce que vous attendez de votre homme, expliquez-lui, soyez claires dans vos demandes, et évitez de râler, de vous plaindre (ça, les hommes détestent !). Et dès maintenant, élaborez - ensemble - un Plan de Bataille pour les semaines qui viennent. Car l’enjeu est de taille : éviter que Maman ne meure au front… 



Guerrière (suite)

février 2020

C’est la mode. Pas un film, pas un dessin animé, pas une émission sur nous, les femmes, sans utiliser le mot de « Guerrière ». Et puis il est vrai que nous avons Jeanne d’Arc… alors … Alors je viens de trouver une nouvelle raison d’être une guerrière. Dans un post précédent, je disais qu’il s’agissait de lutter pour découvrir la pépite de la Joie maternelle. Aujourd’hui, grâce à Camille Sfez, auteur de « La puissance du féminin », je comprends qu’il s’agit aussi de défendre son propre territoire. Oui, être guerrière, c’est protéger son « féminin sacré ». C’est savoir mettre des limites, dire OUI, dire NON et ainsi se respecter. Alors que si souvent nous, les femmes et les mères, sommes dans le « p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non », Camille Sfez nous invite à réveiller la femme déterminée et puissante en nous. Celle qui, forte et vulnérable à la fois, sait ce qu’elle veut. Pour devenir une Souveraine, « en même temps guerrière et magicienne »… Une maman quoi.

Blog

Blog

J'en ai marre !

Posted on 13 October, 2015 at 10:10 Comments comments (1)

 ... que les hommes et les femmes, dans la société, soient considérés comme « unisexes ». Je rêve d’une association « pour la reconnaissance de la différence entre les hommes et les femmes » qui permettrait d’oser penser cette étrange différence. Car croire que « l’un est l’autre » (comme on l'entend parfois), je n’y arrive vraiment pas ! Je vis avec 4 hommes (mon mari et mes 3 garçons) et 3 femmes (mes filles). Et en cette période de coupe du Monde, je vous assure que quand ma princesse de 10 ans imite les joueurs de rugby, elle le fait vraiment comme une fille, avec ce je ne sais quoi de séduction mêlée d’audace et de charme, alors que mon petit dernier le fait comme un garçon, avec une force virile et tranquille. « Si nous avons laissé depuis longtemps derrière nous... le modèle de la subordination sociale de la femme à l’homme... nous avons également surmonté un deuxième modèle, celui de la pure et simple parité, appliquée mécaniquement, et de l’égalité absolue » affirmait récemment le pape François. Pas si sûr, car « souligner ces différences est perçu comme un retour vers un système de domination masculine » rappelle J. Gray. Dommage. Moi je pense plutôt que l'Avenir est à cette différenciation. Sinon comment expliquer le succès du spectacle « Les Hommes viennent de Mars et les Femmes de Vénus » ?

Partage des Tâches

Posted on 4 October, 2014 at 0:05 Comments comments (0)

Trouver l’harmonie est, pour une femme, de la haute voltige : jamais acquise, toujours en train d’être conquise. Selon les médias, cet équilibre féminin parfait passerait par le sacro-saint partage des tâches, forcément égalitaire. Mais le 50-50 n’est pas nécessairement l’idéal à atteindre... et parler d’entraide me semble plus intéressant. Ainsi une femme peut très bien assumer 70% du travail domestique contre 30% pour l’homme. Laissons à chaque couple sa manière de faire, l’important étant que la femme ne soit jamais dévalorisée parce qu’elle “s’occupe de la maison” ! Mais parfois (eh oui, cela arrive !) la femme n’a pas envie que l’homme s’immisce (trop) dans les “affaires domestiques”. Laissons-lui donc le droit d’aimer sa maison, de “travailler” à en faire un nid confortable et agréable pour tous ceux qui y passent, et repassent, d’être “maîtresse de maison”, tout simplement. Et si ce supplément d’âme, ou de coeur, avait quelque chose à voir avec l’harmonie féminine ? Ce n’est pas une raison, messieurs, pour renfiler vos charentaises !