ailes De maman - coaching de vie

" parce qu'avant d'être une mère vous êtes d'abord une femme"

Alerte Coro - Spécial Papas

mars 2020

A partir de lundi, les enfants vont rester chez eux. Toute mère sait ce que cela veut dire. Les pères, pas forcément. Et ils peuvent être tentés de penser : « c’est bon, Elle va gérer… » Alors là je dis : « Stop ! » Non, les mamans ne vont rien gérer du tout ! Elles vont juste faire face… (en fait, elles ont peur de ne pas y arriver, mais ça elles ne vous le diront jamais). Alors je lance ce cri d’alarme : vous les hommes, soyez à la hauteur ! En cas de crise, les mamans serrent les dents, donnent tout, font du mieux qu’elles peuvent, donnent le change… mais ne soyez pas dupes ! Ce qui les attend est une Epreuve Sportive (physique et psychique) de Haute Compétition. Et, sachez-le, elles ne peuvent pas l’affronter seules. Elles vont avoir besoin de vous. Alors, soyez là. Présents. Attentifs. A l’écoute. Surtout, ne désertez pas ! Et vous, les mamans, parlez ! Inutile de jouer aux mères qui assurent « mais si ça va aller j’te jure… » Non, cela ne va pas aller. Alors, dites ce dont vous avez besoin, ce que vous attendez de votre homme, expliquez-lui, soyez claires dans vos demandes, et évitez de râler, de vous plaindre (ça, les hommes détestent !). Et dès maintenant, élaborez - ensemble - un Plan de Bataille pour les semaines qui viennent. Car l’enjeu est de taille : éviter que Maman ne meure au front… 



Guerrière (suite)

février 2020

C’est la mode. Pas un film, pas un dessin animé, pas une émission sur nous, les femmes, sans utiliser le mot de « Guerrière ». Et puis il est vrai que nous avons Jeanne d’Arc… alors … Alors je viens de trouver une nouvelle raison d’être une guerrière. Dans un post précédent, je disais qu’il s’agissait de lutter pour découvrir la pépite de la Joie maternelle. Aujourd’hui, grâce à Camille Sfez, auteur de « La puissance du féminin », je comprends qu’il s’agit aussi de défendre son propre territoire. Oui, être guerrière, c’est protéger son « féminin sacré ». C’est savoir mettre des limites, dire OUI, dire NON et ainsi se respecter. Alors que si souvent nous, les femmes et les mères, sommes dans le « p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non », Camille Sfez nous invite à réveiller la femme déterminée et puissante en nous. Celle qui, forte et vulnérable à la fois, sait ce qu’elle veut. Pour devenir une Souveraine, « en même temps guerrière et magicienne »… Une maman quoi.

Blog

Blog

L'amour à sens unique ?

Posted on 16 June, 2015 at 6:35 Comments comments (1)

“Mam-Ange”... c’est ainsi que se définit une femme, des Antilles, qui vient de perdre son tout petit, bien trop tôt... Et cela m’interpelle : quel est donc notre rôle, nous les mamans ? Nous laisser manger, dévorer par nos enfants ? Ou les manger eux pour nous nourrir affectivement ? Hier, mon petit dernier réclamait des bisous à n’en plus finir (essayant au passage d’attraper un “bisousurlabouche-allezmaman !”) et j’étais plus que consentante... Et dans cet échange – je te donne un bisou, tu m’en donnes un – je voyais le gage d’une relation affective réussie : “je te donne, tu me donnes, je reçois, tu reçois.” Car si je passe ma vie à me donner totalement, inconditionnellement, je cocherai peut-être la case “bonne mère”, mais je risque de m’épuiser, et de m’y perdre ... Alors, oui, soyons généreuses dans notre maternité, mais n’oublions pas de recevoir de nos bambins leurs sourires, leur tendresse, leurs petites mains dans la nôtre, leurs éclats de rire, leur tendresse (bis). Pour que l’amour circule à double-sens...

" Ma maman à moi, elle est brillante comme le soleil " (poésie de CP)

Posted on 31 May, 2015 at 11:50 Comments comments (3)

 Aujourd’hui, me réchauffant aux doux rayons du soleil bienfaisant de printemps – comme un cadeau de fête des Mères - j’ai particulièrement réalisé ce que voulait dire “une maman chaleureuse”. À l’image de l’astre merveilleux, une mère est bien la seule à diffuser autour d’elle cette chaleur qui fait tant de bien. Sans lui (le soleil), sans elle (la maman), il fait toujours un peu froid et cela à tout âge de la vie. Ce que ces lignes de François Garragnon (in “les merveilleuses mères-veilleuses” nous rappellent avec bonheur : “(alors que vous venez de naître) vous découvrez une immense bienveillance maternelle... c’est tout le ciel qui vient veiller sur vous, du début du soleil à la fin du sommeil, c’est tout le ciel qui vient dire à la terre nourricière de prendre soin de ses petits, de leur donner du pain et de la chaleur aussi... Plus tard vous vous souviendrez de cette chaleur maternelle qui enveloppe le monde jusqu’au creux des solitudes quand le regard est inapaisé et que le coeur a froid. (...) l’amour fou d’un regard qui noie l’enfant dans le soleil de la confiance.” Mais le soleil, c’est aussi l’éclat, le rayonnement. Alors, soyons chaleureuses, mais aussi solaires : n’ayons pas peur de briller, en toute simplicité ! Bonne fête des mères !

"Petit moulin" au féminin

Posted on 7 May, 2015 at 9:10 Comments comments (2)

J’ai une tendance - très féminine semble-t-il - à ressasser : “ je me suis énervée injustement, j’ai oublié le goûter dans le cartable, d’ailleurs cette fille...” “En plus, j’ai été en retard à ce rendez-vous, et puis il m’a dit ça et je trouve que d’ailleurs...” Stop ! Ok pour dire Stop, mais encore ? Comment se débarasser de ce poison ? Evidemment, un bon petit coaching ou une thérapie peuvent faire l’affaire... Mais il existe plus simple – et c’est une mère des “Ateliers Maman” qui m’en a livré le secret. ll s’agit de vivre comme les enfants. Celui-ci vit dans le présent, intensément. Il ne sait pas faire autrement. En prise directe avec ses cinq sens, son “petit moulin mental” tourne encore au ralenti. L’enfant nous apprend donc à sortir de la rumination mentale et nous entraîne à vivre. Là. Ici. Maintenant. Dans un aujourd’hui toujours renouvelé puisque Hier et Demain n’existent pas pour lui. Mettons-nous donc à son école... et le présent sera vécu comme le plus beau des cadeaux !